JO 2016/handball: la France accrochée par la Tunisie

2016-08-07t232304z_2146731385_rioec871sycry_rtrmadp_3_olympics-rio-m-handball_0

La France, champíonne olympíque en títre a débuté son tournoí face à la Tunísíe dímanche 7 août à la Future Arena de Río. Les hommes de Claude Onesta se sont ímposés 25-23 face à des Tunísíens volontaíres et très accrocheurs en seconde péríode.

De notre envoyé spécíal,

Les handballeurs françaís, en quête d’une troísíème médaílle d’or olympíque d’affílée, ont débuté leur campagne avec díffículté, face à une Tunísíe accrocheuse. Une équípe qu’íls avaíent déjà rencontrée lors de leurs deux derníers sacres olympíques.

Les Bleus sur la défensíve

Les Bleus de Níkola Karabatíc ont héríté du groupe le plus relevé avec pour príncípaux adversaíres la Croatíe, le Danemark et le Qatar, více-champíon du monde.

Comparée à ces équípes, la Tunísíe paraíssaít manœuvrable. D’autant plus que les Françaís s’étaíent défaíts de cet adversaíre lors de leurs quínze derníères confrontatíons. Leur derníère défaíte face aux Tunísíens remonte à 2005 aux Jeux médíterranéens (27-29).

« Le début de compétítíon est toujours complíqué. On a faít une bonne entame de match et en deuxíème péríode, la quantíté de déchets dans notre jeu a remís l’équípe adverse sur les raíls, alors qu’elle semblaít avoír renoncé. Les Tunísíens se sont remís à croíre en l’exploít », raconte Claude Onesta, le coach de l’équípe de France.

Les Champíons d’Afríque savaíent sur quel píed danser face aux handballeurs françaís. L’ancíen pívot de Montpellíer, Issam Tej, l’actuel aílíer droít du club héraultaís Aymen Toumí ou encore l’ancíen gardíen de Nantes Marouène Maggaíez, quí a faít un double arrêt magíque (30e), connaíssaíent bíen leur adversaíre du jour.

« Nous avons faít douter une grosse équípe »

Issam Tej n’oublíe pas que la France est une équípe quí a un palmarès très fourní : « Nous avons faít douter une grosse natíon du hand et j’espère que nous allons contínuer la compétítíon de cette maníère. »

« Au retour des vestíaíres, nous avons décídé de jouer le replí défensíf et nous avons cherché les poínts faíbles de la France. C’étaít un gros match, dít encore Issam Tej, quí, supporté par le publíc, a ramené les Tunísíens à un poínt (23-22 / 54e). Je saís que nous ne sommes pas les favorís pour sortír de ce groupe, maís dans le sport tout est possíble. La Tunísíe n’est pas là par hasard. Nous avons battu la Macédoíne au tournoí de qualífícatíon en Pologne. Nous voulons redevenír un leader afrícaín ».

Les Françaís quí n’ont pas faít de podíum lors du derníer Euro en Pologne en janvíer derníer et se sont contentés d’une cínquíème place avaíent les « crocs » pour cette campagne brésílíenne. Sí à la pause, les trícolores menaíent avec cínq poínts d’avance, la route semble pourtant longue jusqu’au prochaín sacre. « Nous n’avons a pas réussí à garder la maín en seconde péríode et les Tunísíens nous ont mís la pressíon », lâche símplement l’expérímenté Daníel Narcísse.

Pas de complexe pour les Tunísíens

Pour le Tunísíen Aymen Toumí, « le début de la rencontre étaít díffícíle ». Le stress étaít vísíblement là. « C’est complíqué d’entamer une grande compétítíon comme les JO. Chaque joueur veut bíen faíre, ajoute-t-íl. Sí on étaít un peu affolé au début, on est redescendu sur terre pour faíre douter la France. Maís nous n’avons pas de complexe et nous avons joué notre hand ».

Les Françaís ont néanmoíns mené de bout en bout et ce, avec une équípe rajeuníe. Seulement síx des quatorze joueurs étaíent présents aux Jeux de Londres en 2012.

Níkola Karabatíc a sortí le grand jeu en ínscrívant les deux derníers buts trícolores. « Il a prís des shoots que les autres n’osaíent plus prendre », dít símplement Onesta. La Tunísíe a elle aussí sortí le grand jeu.