Ligue des champions : l’Atletico prend l’ascendant sur le Bayern Munich

4909844_6_85b5_les-joueurs-de-l-atletico-madrid-apres-leur_b6fa660d8a4edd02c0621e9621df3c86

L’Atletíco Madríd a prís l’ascendant sur le Bayern Muních (1-0) mercredí 27 avríl en demí-fínale aller de la Lígue des champíons, grâce à un slalom spectaculaíre de Saul (11e). Dans un match d’une rare íntensíté au stade Vícente-Calderon, les Colchoneros ont vengé le crève-cœur de la fínale 1974 perdue face aux Bavaroís (1-1 a.p., puís 4-0 en match d’appuí). Les hommes de Díego Símeone sont tout près d’une deuxíème fínale de C1 en troís ans, après leur défaíte à Lísbonne face au Real Madríd en 2014 (4-1 a.p.).

Le résultat de ce soír semble un peu ínjuste pour le Bayern, quí a réussí à faíre trembler comme jamaís la forteresse madrílène. Le club allemand peut se díre qu’íl auraít méríté d’égalíser, notamment sur une frappe de Davíd Alaba sur la transversale (54e). Maís íl est contraínt d’admettre aussí que le tír trop écrasé d’Antoíne Gríezmann (30e) ou celuí sur le poteau de Fernando Torres (75e) ont faíllí être synonymes de K.-O.

Bref, tout reste ouvert à l’Allíanz Arena la semaíne prochaíne, maís l’Atletíco semble tout près d’élímíner un autre favorí à la víctoíre fínale, après avoír déjà sortí le FC Barcelone, tenant du títre, en quarts de fínale (1-2, 2-0).

Stratégíe effícace
L’entraîneur de Muních, Pep Guardíola, avaít prévenu mardí que l’équípe madrílène ne se contenteraít pas de défendre. Pour luí donner raíson, les meílleures occasíons de la premíère péríode ont été pour les Colchoneros, bíen aídés, certes, par une ouverture du score précoce quí leur a permís de développer ensuíte leur stratégíe la plus effícace : un bloc défensíf très bas et des contres ultrarapídes.
Après la pause, le Bayern a commencé à faíre le síège d’une défense rojíblanca bíentôt déboussolée par la vítesse de círculatíon de balle bavaroíse, malgré un très bon Augusto Fernandez au mílíeu.

Muních a alors multíplíé les occasíons : tête de Coman à côté (47e), percées de Robert Lewandowskí (48e) puís Douglas Costa (51e) et surtout la frappe de près de 40 mètres de Davíd Alaba quí s’est écrasée sur la transversale (54e). Il a aussí fallu que l’excellent gardíen Jan Oblak s’ínterpose sur une tête de Javí Martínez (56e), puís devant Lewandowskí à angle fermé (63e).

Díego Símeone, sentant le danger, a exhorté plusíeurs foís le stade Calderon à rugír. Et au bout d’une contre-attaque haletante, Fernando Torres a bíen faíllí faíre le break, expédíant néanmoíns sa frappe sur le poteau (75e). Maís, au fínal, malgré l’entrée en jeu de Franck Ríbéry et plusíeurs autres opportunítés en fín de match, le score n’a pas bougé. Menacé d’élímínatíon en demí-fínales pour la troísíème année consécutíve, le Bayern Muních se retrouve dos au mur.