Tour de France 2014 : la 101e édition s’élance en Angleterre

Tour de France 2014 : la 101e édition s’élance en Angleterre

VIDÉO. Entre ferveur et glamour, les coureurs ont pris le départ de cette 101e édition dans le Yorkshire, au nord de l’Angleterre. Une étape dévolue aux sprinteurs.

Christian Prudhomme, le directeur du Tour, un Yorkshire dans les bras... Christian Prudhomme, le directeur du Tour, un Yorkshire

Une foule impressionnante, en rangs aussi serrés que pour le précédent départ du Royaume-Uni à Londres en 2007, a accompagné le défilé du peloton du centre-ville de Leeds jusqu’à la résidence de Harewood House pour le « vrai » départ donné par le prince William, son épouse Kate et le prince Harry. Hymnes nationaux (God Save The Queen et Marseillaise) et coupure de ruban ont donné le coup d’envoi à ce Tour présenté comme un match au sommet entre le tenant, le Britannique Chris Froome, et l’Espagnol Alberto Contador, deux fois vainqueur par le passé (2007 et 2009).

On voit une vraie passion pour le vélo et pour le Tour de France », a apprécié le directeur du Tour, Christian Prudhomme, en constatant le succès populaire monumental de ce grand départ, bien que quatre Britanniques seulement figurent dans le peloton des 198 participants au départ des 3 664 kilomètres. Ces dernières années, le succès de Bradley Wiggins, premier Anglais vainqueur du Tour en 2012, a boosté le cyclisme au Royaume-Uni. Même la reine Élisabeth II s’est intéressée à la chose.

La reine fan de Wiggins

Lors de sa récente venue en France, la reine a demandé à Wiggins, anobli en 2012 après son été euphorique (Tour de France et titre aux Jeux olympiques), s’il allait prendre part au Tour. « Non, je ferai les Jeux du Commonwealth », a répondu « Wiggo », laissé sur la touche par l’équipe Sky qui a préféré tout miser sur Froome. Le Britannique de 29 ans aborde le Tour en « favori numéro un », de l’avis de Contador, son principal adversaire. « Mais quatre-cinq coureurs peuvent viser très haut », ajoute l’Espagnol. À commencer par le nouveau champion d’Italie Vincenzo Nibali, décidé à s’immiscer dans le match.

Froome et Contador se sont retrouvés en première ligne à Harewood House, où les membres de la famille royale se sont entretenus pendant quelques instants avec eux alors que les Red Arrows, la patrouille de l’armée de l’air britannique, dessinaient leur trajectoire dans un ciel plutôt bleu. La touche glamour du Tour a été apportée par Kate, toute de vert vêtue, venue avec son mari en hélicoptère à Harewood House, une résidence appartenant à un membre de la famille royale. La duchesse de Cambridge doit ensuite se rendre sur le parcours pour voir passer la course, avant de rejoindre l’arrivée à Harrogate où elle remettra le premier maillot jaune.

Kate remet le maillot jaune

L’image fera le tour du monde tant la Grande Boucle, retransmise dans 190 pays, a augmenté son audience internationale pour devenir l’un des très grands événements annuels du sport. Elle suscite l’intérêt des politiques, tel le secrétaire d’État français aux Affaires européennes Harlem Désir, présent au départ de Leeds, et l’engouement du public, surtout si l’épreuve parvient à gagner en sérénité sur le front du dopage. L’honneur de porter le premier maillot jaune, et aussi de recevoir les félicitations de Kate Middleton, motive comme jamais Mark Cavendish, l’un des candidats à la victoire en cas de sprint. « Cav » a gagné 25 étapes par le passé, mais n’a encore jamais porté la tenue emblématique du Tour.

À Harrogate, où sa mère a longtemps habité tout près de la ligne d’arrivée, le natif de l’île de Man est chez lui. Mais, pour s’imposer au bout des 190,5 km de la première étape, il doit battre l’Allemand Marcel Kittel, vainqueur à quatre reprises l’an passé. Et quelques autres calibres, le champion d’Allemagne Andre Greipel, le jeune (22 ans) champion de France Arnaud Démare, qui débute dans le Tour, le Slovaque Peter Sagan… Le défi est à la hauteur de l’enjeu.

 

Source:Le Point